Chez Madame

Avoir 50 ans au XXI° siècle, ce n'est pas parce qu'on est femme, qu'on a 50 ans, que l'on n'a plus la taille mannequin que l'on n'a rien à dire. Coups de coeur et coups de gueule, des passions, des envies, des besoins.

25 décembre 2008

Chez Madame.... il y a Noël

Noël, Noël... Madame réapprend depuis quelques années (très peu à vrai dire, deux ou trois au maximum) à aimer cette fête.

Bien sur quand Madame était petite fille (en fait jusqu'à l'âge de 10/12 ans), Madame aimait bien Noël. Noël ça voulait dire la grande table chez Mamy Magali ou Mémé Marthe selon les années. Noël ça voulait dire les bonnes odeurs de chapon qui cuisait dans le four ou bien le vrai noël provençal dans la maison de Salon.

Noël c'était encore tout son petit monde dans lequel elle sentait bien que rien de mal ne pouvait lui arriver. C'était le regard doux et tendre de Papy Aimé qui faisait le lutin pour l'amuser ou qui récitait "la peso de 40 sous", poème provençal (ou occitan) que tout le monde ne manquait pas de lui réclamer.

Et puis Noël c'était les cadeaux bien sur. Ceux dont elle avait rêvé et ceux qu'elle n'avait même pas imaginer dans ses rêves les plus fous. Comme cette immense poupée, presque aussi grande qu'elle, avec ses beaux cheveux noirs et sa belle robe rose.

Et puis un jour cette magie c'est interrompue. Non pas que Madame ne croyait plus au Papa Noël (elle y croit encore aujourd'hui) mais cette année là, la Mère de Madame en avait décidé autrement. La Mère de Madame avait décidé de divorcer du Père de Madame... et pour elle qui disait divorce disait divorce. Plus rien de rien ne devait exister entre elle et l'homme avec lequel elle avait partage 13 ans de sa vie et avec lequel elle avait eu deux enfants.

Donc Noël c'était une année chez Elle, une année chez Lui. Elle en avait décidé ainsi. A nous de faire avec que ça nous plaise ou non. Elle voulait changer de vie. Elle changeait par la même occasion celle des autres sans leur demander leur avis. Noël n'a plus jamais été pareil depuis ce jour là.

Et puis Madame a rencontré Monsieur. Ils ont eu des enfants. Et ils ont fait leur propre Noël pour leurs enfants à eux. Mais Madame n'était pas pleinement heureuse. Il manquait quelque chose.... La Mère de Madame, quand elle en avait l'occasion, partagé le repas du réveillon avec eux. Mais si Madame invitait son Père, la Mère de Madame ne venait pas ou faisait en sorte de faire une apparition furtive histoire de donner à "ses" petits enfants leurs paquets cadeaux (généralement le 24 décembre vers 19 heures).

Madame n'a plus ni son Père ni sa Mère... partis vers d'autres cieux... Mais Madame doit avouer que depuis Madame sa Mère n'est plus, les noëls sont plus doux, les noëls sont plus tendres, les noëls sont plus joyeux.

Alors Madame est plus heureuse et Madame vous souhaite

noel

Posté par Madame à 08:11 - Moi, Ego, Je... - Qu'avez vous à me dire ?[2] - Permalien [#]

Commentaires

    LES SOUVENIRS

    Je PENSE AUSSI QUE QUELQUEFOIS les souvenirs d'enfance font plus de mal que de bien...bien sûr NOEL apporte toujours beaucoup de joie...maintenant, peut-être..mais il y a aussi des souvenirs qui font mal...moi aussi je préfére les NOELS passés avec mes Filles que les NOEL de mon enfance.....ou là le commerce de mes Parents passait avant LE NOEL DES ENFANTS......et le souvenir des NOELS passés ne m'apporte pas beaucoup de joie maintenant.....Mais c'est la vie et il faut savoir tourner la page....Je te souhaite une bonne journée et je t'embrasse.

    Posté par micheline94, 26 décembre 2008 à 09:48
  • bonsoir

    le récit de madame sur les noëls me font penser a ceux biens triste de mon enfance, même si j'avais la joie d'avoir père et mère le père NOËL lui il était absent, mon premier vrai sapin j'avais 19 ans quand j'ai eu
    même si j'ai fondé une famille les NOËLS pour moi sont source de nostalgie
    il y aurais tellement a dire pour moi sur cette fête de mon enfance, heureusement depuis de beaux souvenirs sont venus effacer ceux de jeunesse
    bisous[sapin]

    Posté par babette, 26 décembre 2008 à 22:33

C'est ici qu'on me parle :