Chez Madame

Avoir 50 ans au XXI° siècle, ce n'est pas parce qu'on est femme, qu'on a 50 ans, que l'on n'a plus la taille mannequin que l'on n'a rien à dire. Coups de coeur et coups de gueule, des passions, des envies, des besoins.

01 juin 2008

Elle et Moi - Elle est Moi - Et l'Emoi...

miroir

Avant de commencer je voudrai remercier Coumarine qui par son texte "Femme Complète" m'a permis de réécrire, de remanier, d'arranger ce texte caché dans mes papiers, oublié (enfin presque) mais jamais publié... Aujourd'hui j'ose montrer mes faiblesses.

Elle et Moi :
Nous sommes deux et pourtant, je ne suis qu'une. Un peu comme un Gémeaux, un Poisson, je suis double. Longtemps Moi a été caché par Elle. Elle avait pris le pas, l'habitude d'être devant et Moi toujours derrière. Elle se taisait. Elle acceptait. Elle était enfermée dans un carcan que son éducation de "jeune fille comme il faut" lui interdisait de briser. Elle avançait tranquillement sans se poser trop de question...

Et pourtant Moi j'étais là, tapie au plus profond d'Elle et par moment j'envoyais des coups de pieds rageurs dans la montagne d'habitudes, dans la montagne de gestes quotidiens, dans la montagne de non-dits... mais il paraissait évident qu'à ce moment là, Elle n'était pas prête à les entendre, à les écouter, à les accepter.

Elle est Moi :
Nous avons vécu comme ça pendant des années. Moi laissant passer Elle et Elle n'osant pas faire grand chose. Timide, maladivement timide. Toujours à se cacher derrière quelqu'un. Toujours à s'excuser de déranger quelqu'un. Toujours à courir après quelqu'un. Toujours à attendre quelqu'un.

Parfois Moi je me révoltais, j'essayais de lui faire comprendre qu'Elle avait quelque chose à dire, qu'Elle avait quelque chose à exprimer mais Elle ne voulait rien savoir. Et pourtant Elle c'est Moi et Moi c'est Elle.

Comme il était facile pour Elle d'être comme ça. Sans remous, sans heurts, sans cris. Parce qu'Elle a peur du bruit, des cris, des heurts... Elle jouait toujours le jeu au mépris de Moi. Elle adouciçait toujours les angles à mon corps défendant. Elle était toujours au milieu à prendre les "mauvais coups" pour protéger les autres, entre l'enclume et le marteau, Elle était là.

Et Moi, je bouillais. Et Moi, je trouvais l'habit trop étroit, trop petit, trop terne... et Moi, je voulais sortir. Et Moi Ego Je.... voilà ce que Moi entendait quand Moi voulait sa place à Elle et dire "Je..." suis, veux, demande.

Et l'Emoi :
Il a fallu à Moi des années de souffrance intérieure pour qu'Elle accepte de comprendre que nous avions Elle et Moi quelque chose à faire ensemble, la main dans la main, côte à côte. Et l'Emoi de pouvoir enfin sortir de sa coquille. Moi est passé devant, par moment un peu trop... mais Elle et Moi sommes en apprentissage. Par moment il y a des ratées. Par moment il y a des coups de gueule entre Elle et Moi, mais Moi prend le dessus le plus souvent et Elle et Moi nous nous réconcilions. Nous trouvons notre voie pas à pas.

"Bonjour, c'est Moi qui vous parle...".

Plus jamais et Moi l'a juré à Elle, plus jamais, Nous ne passerons derrière quelqu'un. Plus jamais nous ne nous identifirons par rapport à quelqu'un. Nous, Elle et Moi, sommes une personne à part entière (même si nous sommes double) et notre première grande victoire a été de nous accepter telle que nous sommes et d'oser le montrer à la face du monde.

Posté par Madame à 07:39 - Des mots en écriture - Qu'avez vous à me dire ?[9] - Permalien [#]

Commentaires

    Emue

    Quel magnifique texte, Béatrice. On sens en te lisant la valeur de ce long apprentissage. Et sa difficulté. Une fois encore nos pas se croisent. Nos parents sauront-ils un jour le poids de notre souffrance, nos douleurs profondes pour accoucher enfin (et malgré eux) de nous mêmes ? Je ne crois pas, hélas ! Mais nous, nous connaissons le prix de l'amour sans limite que nous portons à nos enfants...

    Posté par Kimikko, 01 juin 2008 à 09:34
  • Béatrice répond @ Kimikko

    Mon papa savait, mais mon papa est parti trop tôt, il y aura bientôt 18 ans. Ma mère ne voulait pas savoir. Pour mes enfants, je sais que j'en donne beaucoup, peut être un peu trop (mais trop en amour est-ce que ça existe?) mais je comble aussi et ainsi le vide que j'ai en moi.

    Posté par Béatrice, 01 juin 2008 à 10:26
  • chère , chère Béatrice
    comme Kimikko, ton texte fait ENORMEMENT résonance en moi
    Je vais te dire...
    Je ne suis plus anonyme
    Je ne peux plus parler librement, à coeur ouvert comme tu le fais ici
    Alors je parle par métaphore, ou images...
    (en fait je suis comme replongée dans une image sociale, c'est incroyable...)
    Ton itinéraire ressemble au mien, tu auras pu le deviner.
    Il y a des "atômes crochus inconscients" qui se reconnaissent immédiatement et qui font un petit choc quand on tombe dessus
    (c'est la même chose avec kimikkoo depuis le début)
    Je raconte sous une forme littéraire (mais néanmoins authentique) tout mon itinéraire de petite fille incomplète (que j'appelle ELLE) dans mon livre:
    "l'enfant à l'endroit, l'enfant à l'envers"
    Ce n'est pas de la pub, crois-le, mais une info toute simple
    MERCI pour ce texte qui me permet de parler de manière plus personnelle ici
    Merci Béatrice

    Posté par Coumarine, 01 juin 2008 à 11:50
  • kikou

    bonjour madame suis passer vous lire, suis pas encore bien réveillé je repasserai lire
    ton moi
    je passe aussi te dire que je vais continuer le blog de coccinelle
    http://coccinelle01.canalblog.com/
    bisous

    Posté par babette, 02 juin 2008 à 06:57
  • De bonne heure, je lis ce texte en naviguant sur les blogs et ce texte, j'aurais bien aimé l'écrire. Je ne sais pas écrire comme ça. Il y a longtemps que je pense que je suis "deux". Je suis contente d'avoir trouvé ce texte. Bravo !

    Posté par melancolie85, 05 juin 2008 à 08:20
  • Question d'âge, d'éducation, d'époque ? Puisqu'il n'y a pas de hasard, je vais donc vraiment croire aux signes qui abondent en ce moment, se coupent et se recoupent au sujet d'ELLE et MOI dans ce que je lis.
    Merci à toi et à Coumarine pour ce que vous écrivez si bien et dans lequel je me retrouve aussi profondément.
    Merci aussi pour ta visite dans ma bibliothèque et tes recherches de poèmes.

    Posté par calliprune, 05 juin 2008 à 19:09
  • quel beau texte

    je lis et je relis ce soir
    je sais ou tu te caches quand tu as le cafard
    l'écriture est une bonne chose tu as de la chance de si bien savoir coucher tes sentiments sur le papier ...
    je suis là et je te suis dans tes textes
    Bonsoir madame je suis chez vous comme dans un salon chez madame de Récamier [flash]

    Posté par gigi, 07 juin 2008 à 20:29
  • Bonsoir Béa

    Pourquoi faut-il qu'une armée de sentiments contradictoires jouent avec nous et nous.?
    Rien dans mon enfance qui puisse me laisser des cicatrices, mais souvent elle aussi m'ennuie, elle pense bien ou mal pour moi, et l'autre ne suit pas, ou ne veut pas.
    Une bataille continuelle et j'ai envie de leur dire mettez vous d'accord et donnez moi le bon choix.Alors est-ce le fait d'être gémeaux justement That is the question ?
    Bisous Bisous

    Posté par luluberlue06, 10 juin 2008 à 19:06
  • Beau texte.
    la petite fille est comme cachée derrière le texte, elle pointe sa frimousse tout simplement...et arrive enfin au bonheur d'être soit même.
    le privilège d'avancer en âge est le faît que l'on triche moins, on leste du bateau tout ce qui peu nous encombrer pour permettre d'avancer...et c'est bien
    bisou

    Posté par laurence, 04 août 2009 à 15:25

C'est ici qu'on me parle :