Chez Madame

Avoir 50 ans au XXI° siècle, ce n'est pas parce qu'on est femme, qu'on a 50 ans, que l'on n'a plus la taille mannequin que l'on n'a rien à dire. Coups de coeur et coups de gueule, des passions, des envies, des besoins.

27 mai 2008

Mère ou Maman...

testament

Elle a toujours fait la différence entre les mots "mère" et "maman". Elle a comme tout le monde eu une mère mais a-t-elle eu une maman. Parfois, souvent même Elle a des doutes.

Une mère, c'est facile. Il suffit de porter un enfant dans son sein. De le mettre au monde. Et on devient mère.

Une maman, c'est plus difficile. Une maman, elle est là, tout le temps. Le jour. La nuit. Elle parle. Elle caresse. Elle soigne. Elle console. Elle caline. Elle aime tout simplement.

Elle, en regardant derrière Elle, s'aperçoit que tous ces verbes n'ont aucune résonnance dans son coeur. Elle s'aperçoit que tous ces verbes sont vides de sens dans sa vie. Elle sait qu'elle a couru "derrière sa maman" toute sa vie. Elle sait aujourd'hui qu'elle avait une mère qui n'était pas une maman.

10:30, un dimanche de juillet. La chaleur envahissait déjà la ville. Le téléphone sonne. C'est fini. Monique a fini sa vie sur ce lit de ce que l'on peut appeler maison de repos. Elle a envie de dire "mouroir". Plus personne, plus aucun établissement ne savait que faire d'elle... pendant 3 semaines, d'ambulance en chambre, de clinique en maison, elle s'est "promenée".

Elle et son frère sont sur le bord du chemin. Seuls. Définitivement seuls. Les larmes bien sur. La douleur évidente d'avoir perdu quelqu'un d'irremplaçable. Mais aussi le soulagement de ne plus avoir à chercher comment l'atteindre, comment lui parler, comment l'approcher.

Trois semaines fortes, trois semaines qui compte pour Elle plus que les cinquantes dernières années. Trois semaines ou en peu de mots, avec quelques regards, quelques gestes tout a été dit. Le seul "je t'aime" qu'Elle a reçu de celle qui était devenue sa maman, Elle l'a reçu dans ces jours là.

Dernière réconciliation après deux ans sans un mot, sans un geste, sans un regard. Dernière réconciliation avant le départ... mais pas dernier coup de canif dans le contrat tacite passé entre une maman et son enfant. Non, le dernier Elle ne l'a découvert que quelques jours plus tard. Avec horreur pour ce qu'il représentait, avec effroi de ce qu'il comportait comme négation....

Sa maman, au delà de son départ programmé, voulu, souhaité, l'avait renié. Son testament ne lui reconnaissait même pas le droit d'exister... Sa mère n'avait qu'un fils, son légataire universel.

Aujourd'hui Elle sait qu'elle avait une mère et non une maman !!!

Posté par Madame à 07:46 - Des mots en écriture - Qu'avez vous à me dire ?[11] - Permalien [#]

Commentaires

    C'est très dur et il n'y a pas de commentaires à faire.Le coup de grâce était donné.Je trouve que tu es très forte et c'est bien de pouvoir en parler (peut-être avec P. pour mettre des mots,et tenter de comprendre,faire la paix avec toi et avec elle).Mais tout l'amour, tu l'as eu avec ton papa,il représentait beaucoup à tes yeux .C'est vers lui, que tu dois te tourner.
    as-tu lu l'interview de la mère de M.Houellebecq?
    Bisous, le temps atténue....

    Posté par nuage, 27 mai 2008 à 13:01
  • tres dur ...

    comme d'habitude si bien écrit ...
    je dirais qu'il n'y a pas grand chose a dire
    comment peut-on en arriver là je ne sais pas ...
    Mille bisous d'une amie si je puis me permettre
    de t'appeler " amie "

    Posté par gigi, 27 mai 2008 à 14:30
  • je dis à madame que je suis émue
    parce que dans l'Enfant à l'endroit etc...je parle de ça...
    c'est fou...

    Posté par Coumarine, 27 mai 2008 à 21:10
  • Je réponds @

    @ Nuage : toi tu connaissais l'histoire, l'ambiance.. mais de pouvoir commencer à l'écrire est pour moi une délivrance. Il me faudra encore et encore écrire pour m'en délivrer définitivement.

    @ Gigi : mon amie, j'aime beaucoup !!!

    @ Coumarine : ce que j'écris est encore trop brut, trop "jeté comme ça sur le papier"... mon émotion à moi est encore trop présente... je m'en détache tout doucement !!! et c'est bien ainsi... et puis il n'y a pas de hasard.

    Posté par Béatrice, 27 mai 2008 à 21:39
  • Que dire après un récit si poignant.....c'est très dur et très difficile à vivre....je crois en effet, que la Maman, surtout pour une Fille, reste toujours difficile à atteindre et à comprendre et toujours cette préférence pour le Fils....et la mort arrive , sans que cette Maman ne prononce ces mots si longtemps attendus " je t'aime ma Fille "c'est dur et l'on ne s'en remet jamais.Je t'embrasse très fort.[Clin d oeil][Clin d oeil]

    Posté par micheline94, 28 mai 2008 à 16:35
  • que dire, moi pas grand chose j'ai été la fille d'une femme qui avait 42 ans a ma naissance et un père 51 ans
    je ne sais si j'ai été se qu'il désirai le plus, j'ai plus l'impression d'avoir été un cheveux sur la soupe
    dans ce temps la n disait pas je t'aime
    le temps était surtout pour le travail
    je pense que ma mère m'aimais, mais a sa façon, c'est a dire que je ne manque de rien, mais les bisous, caresses pas le temps
    bisous madame

    Posté par babette, 28 mai 2008 à 18:05
  • Parfois on croit, on espère ... Et puis le fil des jours se charge de dessiller nos paupières. Douloureux. Et ça fait mal longtemps.
    Comme Coumarine, je suis émue par ton texte qui me rappelle bien des choses. J'ai pris un peu d'avance sur toi; je suis désormais apaisée. Mais comprendre et admettre ne veux pas dire oublier. Quant à pardonner ....
    Courage Béatrice, la route est longue et escarpée. Mais je crois qu'on guérit de cette souffrance là. Oui, je le crois. Je t'embrasse.

    Posté par Kimikko, 31 mai 2008 à 22:47
  • Hello

    On ne peut pas lire ton article sans être ému profondément, et tu gardes encore à ce jour les traces indélibiles de ce manque entre deux mots tout simples.
    Ma mère n'était pas une femme qui nous donnait beaucoup de calins, nous allions plutôt d'ailleurs les chercher vers mon père. Mais elle était quand même une maman que je suis bien contente d'avoir encore à ce jour.
    Gros bisous

    Posté par luluberlue06, 02 juin 2008 à 09:25
  • Bonjour, je suis venue sur votre blog par hasard et c'est comme ça qu'on fait des belles rencontres, ce mot pour vous dire que j'ai lu tous vos billets, j'aime votre écriture , vos mots, votre souffrance et évidemment je m'y retrouve aussi c'est la grâce de l'écrivain de nous réunir, je me suis arrétée sur ce billet sur votre mère, madame, on a toutes ou presque une plaie béante qui ne se referme pas , je le sais on a mal à sa mère toute sa vie je vous embrasse à bientôt

    Posté par Francesca, 12 juillet 2008 à 16:48
  • yoga

    [Oups]bsr madame je veus faire la meure a vic toi aujourd'hui bon oui ma belle[Peur]

    Posté par kinia, 23 septembre 2008 à 23:55
  • moins flagrant mais quand même un peu pareil !
    elle disait que je n'avais pas été désirée !

    Posté par ani, 23 janvier 2010 à 22:27

C'est ici qu'on me parle :